Quelles sont les commissions pratiquées ?

Les agences immobilières ne pratiquent pas toutes le même pourcentage de commission sur les transactions. De grandes disparités existent en France, pays européen champion des commissions les plus élevées. Alors, quelles pourcentages appliquer pour rester dans la course ? Nos conseils.

La libre fixation de la commission, un principe de base

Depuis une loi de 1986, les commissions ne sont plus contenues par une plafond et un barème national. Mieux, depuis le 1er janvier 1987, ces commissions sont librement déterminées par chaque agence, chaque groupe, chaque enseigne, chaque réseau. Et ce pour être en accord avec une politique commerciale librement définie, une stratégie de marché plus ou moins agressive vis-à-vis de la concurrence.

Si le pourcentage est libre, les agences ont toutefois comme obligation des les afficher clairement en vitrine, d’en informer les clients. Elles doivent indiquer les modalités de leur rémunération ainsi que leur montant TTC.

La loi précise que ces commissions doivent être visibles et lisibles, et donc notamment depuis l’extérieur de l’agence.

Les commissions principalement en vigueur sur le marché

Même si les agences immobilières ont la possibilité de fixer librement le montant de leur rémunération, on observe cependant plusieurs tranches de commissions généralement appliquées.

La fourchette nationale moyenne s’étend ainsi de quelques 3% de commission jusqu’à 10% dans certains cas. Avec une concentration autour de 3% à 8% pour la plus grande partie des acteurs.

Une des règles de fixation consiste à appliquer un pourcentage en fonction de la valeur du bien : plus la valeur du bien est élevée, plus la commission est basse. A l’inverse, plus la valeur du bien est basse, plus la commission est importante.

Les commissions font d’ailleurs très fréquemment l’objet d’une négociation lors de la vente, aussi les agences prévoient elles une certaine marge de manœuvre.

Lorsqu’on fait la moyenne des commissions pratiquées sur l’ensemble des régions de France, la moyenne se situe alors à :

  • - 6% pour des biens d’une valeur maximale de 300 000€
  • - 5% pour biens supérieurs 300 000€

Mais il est également possible de détailler des commissions selon des tranches de valeurs comme suit :

  • - De 6% à 8% pour des transactions dont le montant est inférieur ou égal à 150 000€, pour une valeur comprise entre 9 000€ et 12 000€.
  • - De 5% à 6% pour des transactions dont le montant se situe entre 150 000€ et 380 000€, pour un total maximum d’un peu plus de 22 000€ de commission.
  • - De 3% à 4% pour des ventes dont le prix est supérieur à 380 000€, soit une commission d’au moins 11 000€.

Sachez par ailleurs qu’en sa qualité d’intermédiaire dans la vente, un notaire recevra une commission, que l’agence devra donc prendre en compte. Sur ce point en revanche, une tarification unique nationale est définie:

  • - pour des ventes représentant jusqu’à 45 735€, le pourcentage est de 5%
  • - pour des ventes dont le montant dépasse 45 735€, le pourcentage à verser au notaire est de l’ordre de 2.5%.

Les commissions des agences sont donc libres, et en ce sens elles représentent un excellent levier pour contrer la concurrence. C’est notamment sur ce terrain que beaucoup d’agences mènent une guerre féroce.

A lire aussi :

Ce qu’il faut savoir sur le marché immobilier local

Comment estimer un bien immobilier ?

Créée en 2007 par Christophe du Pontavice et Malek Abi-Khalil, effiCity est l’agence immobilière à commission réduite.

Forte d’un réseau de plus d’une centaine de partenaires sur toute la France, effiCity est en permanence à la recherche de nouveaux talents.

En savoir plus
marketQuelles sont les commissions pratiquées ?